Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 - Fémin-F1 -

Analyse => Bilan du début de saison

27 Avril 2006 , Rédigé par Sywel Publié dans #F1 News

F1-news

 

Bilan du début de saison
 

 

 

 

 

 

 

 

 

               

 

    Nous voilà partis pour un petit bilan de ce début de saison… J’en entends déjà qui s’agitent dans la fond : « Aucun  intérêt, tout le monde le sait la saison ne commence réellement qu’à Imola. Tout ce qui se passe avant c’est à l’autre bout de la planète, ça passe à la télé à des heures indues alors ça ne vaut as la peine de s’étendre dessus. » . Vous m’en voyez désolée mais je ne suis pas d’accord…. D’abord ce raisonnement remonte aux temps reculés où les écuries ne présentaient leurs nouvelles monoplaces qu’une fois de retour en Europe, et puis les circuits extra-européens nous en apprennent (presque) autant sur les voitures que les tracés du vieux continent.             

 

 

 

    Tout à commencé, une fois n’est pas coutume, au milieu du désert barheini, véritable épreuve du feu pour les moteurs. Après des mois d’essais à des températures disons… incompatibles avec le port du maillot de bain, tout le monde arrive dans le désert en croisant les doigts pour  que « ça » tienne. Parce que toutes les simulations pour sophistiquées qu’elles soient ne vaudront jamais un test dans la réalité vraie, le premier GP est toujours un cap délicat à passer. Le moins qu’on puisse dire c’est que 12h30 n’est vraiment pas l’horaire idéale pour le départ… difficile de ne rien rater quand on essaie de manger sans se tacher…. Mais certains faits ne m’ont pourtant pas échappés. Tout d’abord, le magnifique départ d’Alonso qui grille la politesse à Button (embrayage bloqué) puis à Massa, Scumacher, parti en pôle gardant pour l’instant le commandement. Entre les deux champions du monde nous n’auront d’ailleurs malheureusement pas droit à un combat direct mais seulement à un concours de stratégies, et à ce jeu là ce sont les cerveaux de chez Renault qui ont été les plus forts.  A l’issue de son deuxième ravitaillement Alonso ressort sous le nez de la monoplace de Schumacher, il s’en est fallu d’un cheveu que la tête de course ne soit pas celle qu’on a vue! 

 

 

 

            

 

    Dans un style plus discret mais toujours aussi efficace, Kimi Raikkonen a encore impressionné. Parti dernier à cause d’un aileron parti en morceaux pendant la séance de qualifs, il nous a gratifié de sa spécialité : l’extraordinaire-remontée-jusqu’à-la-troisième-place-malgré-un-réservoir-
tellement-plein-qu’ils-ont-du-forcer-pour-fermer-la-trappe-à-essence.
Et nous, on en est toujours à se demander ce qui se serait passé si il était parti plus en avant sur la grille de départ…. Une autre remontée était à remarquer ce week-end là, celle de Nico Rosberg. Parti 12ème il fini 7ème après une course magnifique… là on se dit que ce petit est à surveiller … bon d’accord pas si petit, il a 4 mois de plus que moi. Ainsi se termine le premier GP de cette saison qui s’annonce, et je n’ai pas peur de me mouiller, passionnante. 

 

 

 

             

 

    Une semaine plus tard, tout le monde s’envole vers la chaleur humide de la Malaisie, quand à nous c’est devant un bol de chocolat (ou de thé ou de café, à vous de voir) que nous attendons la suite des événements. Si il n’y avait qu’une chose à retenir de ce Grand Prix ce serait que oui, un moteur qui a déjà bouclé la distance d’un GP devient susceptible, alors quand en plus on lui demande d’en boucler un deuxième dans la moiteur d’un pays lointain il se fâche tout rouge et oblige les malheureuses écuries à revoir leur copie.  Ce fut l’escalade, tous se battaient pour produire le plus beau panache de fumée, tour à tour les deux BMW-Sauber, les deux Williams, une Red Bull et une Toro Rosso (sans doute jalouse de sa grande sœur…) ont apportées leur contribution à l’événement.  On retiendra aussi la victoire de Fisico, débarrassé pour un temps de son chat noir, sans doute prêté à Raikkonen qui s’est fait sortir dès le premier virage par un Klein indélicat…. La fiabilité ayant payé, Renault réalise un magnifique doublé, ce qui n’était pas arrivé depuis des lustres alors le moins qu’on puisse dire c’est que ça fait bien plaisir! 

 

 

 

               

 

    Après 15 jours de vacances passés à se dorer la pilule sur tout ce que l’océan indien compte de plages de sable fin, le F1 circus débarque en Australie. Non pas pour déguster de délicieux steaks de kangourou, mais bien pour disputer le troisième GP de l’année (déjà !). Si les stars de Sepang ont été les moteurs, alors celle de Melbourne fut la Safety car. Avec pas moins de 10 abandons et seulement 13 voitures classées à l’arrivée cette course fut exactement ce qu’il fallait pour nous garder éveillés à une heure aussi matinale (vous l’aurez compris je ne suis pas du matin). C’est donc après d’innombrables sorties de piste ayant entraîné pas moins de 4 sorties de la Safety car, après avoir assisté au tête à queue de Montoya dans le tour de chauffe, au calage de Fisico sur la grille,après avoir constaté l’incapacité de Button à effectuer un re-start acceptable ce qui lui coûtera de  se faire passer par Alonso puis par Raikkonen, et enfin après s’être indignés de l’explosion du moteur de l’anglais précédemment cité à 20 mètres de l’arrivée…. (je reprends mon souffle) …que le tiercé gagnant s’est avéré être dans l’ordre : le 1  avec une courte longueur d’avance sur le 3 suivi du numéro 7. Et oui, vous avez bien lu, le numéro 7, Ralf Schumacher, Alléluia Toyota est ressuscitée! Bon, la résurrection n’est pas si miraculeuse… elle est facilement imputable à la décimation de la concurrence, mais quand même, après 2 premiers GP pour le moins calamiteux on ne les attendait pas à pareille fête.  

 

               

 

Alors que retenir de cet « insignifiant » début de saison aux antipodes?  

 

 

 

 

 

    Tout d’abord on serait tentés de conclure, et ne voyez aucun parti pris là dedans, les faits parlent d’eux-mêmes, que la Renault sera la voiture à battre et que pour l’instant ni la McLaren, ni la Ferrari ne sont tout à fait à la hauteur. On annonce bien une papardelle d’améliorations de ces deux monoplaces pour leur retour en Europe, mais je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce qui je vois. Ensuite, on a pu constater la bonne forme des BMW-Sauber et des Toro Rosso. Si jeunes et déjà si rapides…. Ça promet. Dans les bonnes surprises il y a aussi Williams et surtout Nico Rosberg, mais pour l’instant l’un comme l’autre ont encore du mal à aller jusqu’au bout, il leur reste du pain sur la planche pour revenir au niveau et espérer des podiums. Quand à Honda, oui, ils ne sont pas mal : Barrichello est mal à l’aise et Button est malchanceux, malgré une voiture qui n’a pas l’air si mal née que ça… J’en oublierais presque McLaren qui commence plutôt bien la saison, mais c’est toujours pareil, on attendait mieux de leur part et surtout de la part de Mercedes. Midland n’est nulle part, normal quand on sait que leur dirigeant ne sait pas non plus où il en est. Toyota n’a toujours pas trouvé la recette miracle de sa pierre philosophale, celle qui transformerait l’argent en monoplace performante. Toro Rosso à les dents longues et fait grincer celles de ses adversaires directs qui font une indigestion de V10. Voilà… Oups mais non pas voilà, j’en oublie une, là bas dans la fond…. Super Aguri ! Et bien que dire… leurs voitures décorent de manière très élégante le fond de la grille n’est-il pas? 

 

 

 

 

 
Sywel

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article